EGALITE : la devise la plus difficile à appliquer.

LIBERTE EGALITE FRATERNITE,  de ces trois devises de la République française l’ Egalité est sans doute la plus difficile à respecter. En effet quoi de plus inégalitaire à la naissance qu’un enfant issu d’une famille pauvre avec peu de ressources et sans patrimoine et un autre enfant issu du famille riche avec d’amples ressources et surtout un patrimoine conséquent. La déclaration des droits de l’homme reste un vœux pieux sans aucune traduction dans la réalité et surtout sans que quoi que ce soit soit fait pour l’appliquer. En ces temps de fêtes et de retour sur les valeurs fondamentales : l’enfant dans la crèche, les sans-abri, le partage de la galette, les cadeaux aux enfants, les rois mages, le sapin de Noël, il serait judicieux de s’interroger sur le moyens de parvenir à cette égalité.

Tous le hommes naissent libres et égaux en droits.

Ce principe est la fin de la société de privilèges, où la jouissance des droits doit être assurée sans distinction de sexe de race, de religion d’origine sociale ou de fortune. Et c’est là que le bât blesse… car l’origine sociale et surtout la fortune vont faire diverger fortement les moyens notamment financiers à la disposition des citoyens.

La fiscalité se devrait donc de corriger ces inégalités à la naissance et reconnaître ce principe d’égalité.

L’inégalité est plus importante sur le patrimoine que sur les revenus.

Le patrimoine des 10% les plus riches est 627 fois plus important que celui des 10% les moins riches. Quant au patrimoine moyen il est 10 fois plus faible que celui des plus riches. Une première mesure pourrait consister à limiter lors des successions le transfert du patrimoine à 3 ou 4 fois le patrimoine moyen (y compris enligne directe). concrètement cela suppose que tous les patrimoines supérieurs à 500 000 euros seraient taxés à 100% lors de la succession.

Le niveau de revenus des 10% les plus riches n’est que de 7 fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres.

On le voit , la fraternité (aides sociales ) et la fiscalité, corrigent  largement les inégalités de revenus mais pas celles des patrimoines. Les 1% des plus riches détiennent à eux seuls 25% de la fortune des français soit 25% des 9500 milliards d’euros de fortune accumulée  =  2375 milliards d’euros de quoi alimenter les inégalités à la naissance.

Comment alors taxer les inégalités?

Un sujet difficile à traiter car si on taxe le capital , les fortunes s’exilent dans les paradis fiscaux , si l’on taxe les revenus, les bénéfices sont alors logés dans des pays avec une faible imposition ( l’Irlande , Les Pays Bas, le Luxembourg) ou tout simplement non rapatriés comme aux Etats unis  (Apple par exemple). La solution ne serait -elle pas plutôt de taxer la dépense ou le Chiffre d’affaires là où il se réalise. C’est l’objet de la TGA taxe généralisée sur les achats où toutes les dépenses ( achats ou chiffe d ‘affaires ) seraient taxés quelle que soit la nationalité ou la provenance du bien concerné. Ainsi lorsque le prince héritier  d’ Arabie saoudite achète la demeure la plus chère du monde en France il serait imposé et participerait ainsi aux dépenses sociales et structurelles de la France, alors qu’aujourd’hui il n’y a pas contribué.

Ce contenu a été publié dans Economie, Vie personnelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *