Les pièges du crédit à la consommation.

Décidément mon banquier ne me connaît pas. Je viens encore de recevoir de sa part une offre de crédit renouvelable au taux hallucinant de 19,91% (TAEG revisable) hors assurance facultative.  Avec une première mensualité minimale de 37 euros pour un crédit de 1000 euros sur 36 mois, pouvant aller jusqu’à 60 mois et même avec la possibilité d’un différé de paiement de la première mensualité.  Le crédit renouvelable est présenté comme la formule miracle de financement des dépenses qui ne peuvent pas attendre ou imprévues et qui se reconstitue au fur et à mesure des remboursements effectués. Un véritable piège dans lequel vous ne devez pas tomber.

Un taux d’autant plus élevé que la durée du crédit est longue.

S’il est communément admis que plus la durée d’un prêt est longue plus le taux est élevé (le risque étant lui aussi plus élevé) les écarts actuels sont considérables et injustifiés : 8% l’an pour une durée de 6 mois, 12% l’an pour 12 mois, 16% pour 24 mois et près de 20% pour 36, 48 et 60 mois. De quoi pénaliser fortement les faibles mensualités qui bien sûr s’appuient sur les durées les plus longues. Le TAEG Taux actuariel effectif global : ce taux représente le véritable coût réel du crédit incluant tous les frais annexes hors assurance et tenant compte de ma date de paiement des intérêts (mensuel ou annuel, d’avance ou in fine).

Comment calculer le coût normal d’un  crédit.

Dans le coût du crédit plusieurs élément sont à prendre en compte : bien sûr le coût de l’argent sur le marché (coût de la ressource pour la banque), mais aussi le coût de traitement administratif de gestion du crédit, puis le coût du risque de non remboursement du prêt accordé par la banque, et enfin la rémunération du service rendu par la banque (le bénéfice attribué à l’opération de prêt).

Aujourd’hui le coût de l’argent sur le marché monétaire à court terme est pratiquement nul sinon négatif  (le taux de prêt dela BCE aux banques est de -0,25% l’an), et même à 3 ou 5 ans le taux ne dépasse pas les 2%.

Le coût de traitement administratif de gestion du crédit  est aujourd’hui largement automatisé et une fois la mise en place faite seuls le relevés mensuels et le suivi des règlements sont à considérer. Bien entendu ce coût ramené en % du taux du crédit est très dépendant du montant concerné : plus le montant du crédit est faible plus le taux sera élevé. Ainsi pour un coût de gestion mensuel, de 10 euros l ‘impact sur le taux annuel sera de 12%  ( 12 points de base) pour un crédit de 1000 euros, mais seulement de 4% pour un crédit de 3000 euros. On comprend donc qu’il faut absolument éviter les crédits de faible montant car l’impact de ces frais est considérable.

Le coût du risque correspond au risque de défaillance de l’emprunteur qui ne rembourserait pas son crédit. En moyenne pour les crédits faits aux particuliers 2% d’entre eux sont défaillants. Le coût du risque peut donc être estimé à 2% du montant du crédit.

Enfin le prêteur est en droit d’attendre une juste rémunération du service rendu, et doit ainsi  rémunérer les capitaux  propres qui ont été nécessaire pour permettre l’attribution du crédit. Ces capitaux propres représentent en moyenne 8 à 10% du montant du crédit et leur rémunération à hauteur de 12% augmente de 1 à 1,2% (en points) le taux du crédit.

On peut donc décomposer comme suit le coût d’un crédit  de 3000 euros d’une durée de 2 ans.

Coût de l’argent :       2%

Coût administratif de gestion   4%

Coût du risque   : 2%

Coût des capitaux  :   1,2%

Au total :  9,2%  On est bien loin des 19,9% demandés.

Le crédit revolving ou renouvelable une formule souple mais très coûteuse.

Le crédit renouvelable allie taux d’intérêts élevés et faibles montants, de quoi pénaliser un maximum les emprunteurs et en faire des dettes perpétuelles. Dans un crédit renouvelable de 1000 euros avec une mensualité de 20 euros, vous ne remboursez chaque mois que 3 euros de capital, il vous faudra donc 333 mois soit 28 ans pour rembourser votre dette. D’ici là vous aurez sûrement profité du caractère renouvelable du crédit et maintenu votre capital restant dû au niveau autorisé de 1000 euros…Vous aurez ainsi payé 5600 euros d’intérêts pendant les 28 années du crédit sans cesse renouvelé…

A  EVITER ABSOLUMENT.

Ce contenu a été publié dans Vie personnelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *