La dette financière d’ ALTICE est-elle trop lourde à porter?

Le groupe du cablo-opérateur ALTICE envisage d’introduire en bourse sa filiale américaine (6,9 milliards de CA). Avec une dette financière de près de 50 milliards d’euros (49,3) qui représente 5,7 fois son EBITDA (excédent brut d’exploitation ) annuel, le groupe est lourdement endetté, l’idéal se situant à 2,5 fois l’ EBITDA. Sa dette à 85% à taux fixe moyen de 6,2% l’an engendre ainsi plus de 3 milliards d’euros annuels d’intérêts soit 35% de son EBITDA : on est à la limite de la zone dangereuse située elle au dessus de 30%.

Des cash flow élevés mais des investissements importants.

Si les cash flow annuels représentent 24% du chiffre d’affaires, les CAPEX (investissements : Capital Expenditure) eux s’élèvent à 19% du chiffre d’affaires

alticesfr

c’est à dire que le groupe ne dispose que de la différence pour rembourser le capital de sa dette soit 1,25 milliards annuels. Autant dire que sa capacité actuelle de remboursement est faible, même si aucun remboursement n’est exigible avant 2022, de quoi laisser un peu de temps pour appliquer les synergies, réduire les coûts et accroître encore les cash flow. Aucun faux pas pourtant ne lui sera pardonné.

Des cessions d’actifs pour améliorer le cash et financer les investissements.

En introduisant sa filiale américaine en bourse, ALTICE  trouve un ballon d’oxygène face au mur de la dette, et aux lourds investissements nécessaires pour le déploiement de la fibre optique aux USA par sa filiale locale.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Entreprises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *