MR BRICOLAGE se recentre sur son cœur de métier.

Après VIVARTE qui va céder une centaine de magasins en FRANCE et plusieurs marques pour redresser sa rentabilité, c’est au tour de MR BRICOLAGE d’annoncer la cession de ses magasins intégrés (détenus en propre) et en conséquence le licenciement de près de 10% de son personnel. Cette restructuration vise à recentrer l’activité vers la gestion du réseau au détriment de la gestion de magasins.

Franchiseur et franchisés, des intérêts communs mais divergents.

On peut s’étonner de voir les résultats des magasins intégrés en perte opérationnelle de 12 millions d’euros alors que le résultat opérationnel global est positif de 21 millions d’euros. La marge opérationnelle du franchiseur se ferait-elle au détriment des franchisés? C’est donc au niveau de la centrale d’achat et de la logistique que se font les marges, la vente alors ne rapporte presque plus rien…Le résultat opérationnel des magasins intégrés est en perte depuis longtemps, déjà en 2011 (-4,5 millions) et en 2012 (-2,8 millions) et vient grever celui de la l’activité « services aux réseaux » largement positif à 33 millions.

Une structure financière solide.

Pour mener à bien cette restructuration qui coûtera cher (65 millions d’euros de provisions et 13 millions d’investissements avant la cession)  MR BRICOLAGE a des fondamentaux solides : 200 millions de capitaux propres, une dette financière de 70 millions d’euros et un EBITDA de 40 millions, soit des ratios très satisfaisants : un niveau d’endettement faible : dette financière / capitaux propres limitée à 35% (norme inférieur à 100%), et une capacité de remboursement de sa dette forte  :dette financière / EBITDA  de 1,75 (norme maxi 2,5). De quoi repartir d’un bon pied dans l’activité services au réseaux.

Une rentabilité à améliorer.

Avec aujourd’hui un ROE (Return On equity) de moins de 5 %. la rentabilité financière est insuffisante et doit être améliorée. Mais même si la société est cotée en bourse, l’actionnaire majoritaire est une association des propriétaires de magasins l’ ANPF association nationale des promoteurs du faites le vous-même et cela devrait laisser le temps à l’enseigne de retrouver une rentabilité acceptable.

Il reste à rappeler que KINGFISHER (groupe CASTORAMA) avait fait en 2015 une offre de rachat pour 275 millions d’euros, à peine plus que les capitaux propres et 7 fois l’ EBITDA, Si le plan de restructuration réussi le rejet de l’offre aura été une bonne décision. Sinon…

 

Ce contenu a été publié dans Actualité, Entreprises. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *