Préparez vous au pire!

Les faillites d'entreprises ont augmenté de 15% en 2008 et ce sera pire en 2009!

Le PIB allemand devrait reculer de plus de 2% au quatrième trimestre  2008, celui de la France de plus de 1% et ce sera pire au premier trimestre 2009!

Malgré les plans de relance et les injections de liquidités pour les banques, la crise du crédit n'est pas finie… et la priorité des entreprises reste leur situation de trésorerie !

Cette semaine, le Président exécutif d' EADS, Louis GALLOIS vient de renoncer à une importante acquisition ( un grand projet aux Etats Unis) pour préserver sa trésorerie.

"La protection des liquidités dans une telle crise est la première des priorités" dit-il

NORTEL, le géant candien des télécoms vient de se déclarer en faillite. Ce ne sont pas les pertes qui ont fait tomber Nortel : en effet de 2001 à 2007 Nortel a connu cinq années de pertes pour un total de plus de 32 milliards de dollars! Mais alors qu'il possédait encore 2,4 milliards de trésorerie à fin décembre 2008, et face à une échéance de 107 millions de dollars d'intérêts sur sa dette, Nortel a préféré se mettre à l'abri de ses créanciers " de façon à traiter de manière décisive le fardeau de ses coûts et de sa Dette (6,4 milliards)" sans dégrader sa trésorerie et ainsi pouvoir poursuivre son activité!

RECOMMANDATIONS :

Plus que jamais les entreprises doivent se concentrer sur la gestion de leur trésorerie, et mettre en oeuvre  toutes les actions pour réduire leur dette et renforcer leurs capitaux propres. Une baisse de 10% du chiffre d'affaires entraîne pratiquement une dégradation de trésorerie équivalente à 5 à 6% du CA. Soit 12 millions de perte de trésorerie pour un CA de 200 millions!

Une attention renforcée doit ête accordée au ratio dit de couverture des frais financiers (*) : EBITDA / Résultat financier. En ces temps de crise et de baisse de CA, les marges se réduisent ( l'EBITDA diminue), la Dette augmente ( Baisse de la trésorerie), et surtout les intérêts de la dette s'accentuent car les Banques augmentent leurs marges. Ainsi une marge de 6 points de pourçentage au dessus de l'Euribor 1 mois peut être appliquée à une société qui a besoin d'un  crédit!

D'autre part pour les placements de cette trésorerie lorsqu'elle est positive, il faut être très prudent et privilégier les Sicav monétaires dites régulières dont l'objectif de performance est de répliquer au mieux l'EONIA, et bannir tout ce qui est Sicav dynamique ou qui contient un tant soit peu d'actifs risqués comme les actions ou les obligations! Tant pis pour la rémunération il faut absolument privilégier la sécurité.

PERSPECTIVES :

De nombreuses sociétés seront en pertes dès 2008, compte tenu du fort ralentissement constaté à partir d'Octobre. Leurs résultats seront publiés au premier trimestre  2009 et les analystes financiers devront réviser en forte baisse leurs prévisions de bénéfices et de versements de dividendes  tant pour l'année 2008 que 2009. La réduction du pay out ( part du bénéfice distribué) sera  un élément significatif pour la conservation de la trésorerie. 

Il faut aussi s'attendre à de nouvelles pertes de la part des banques car jusqu'à présent en Europe elles n'ont que peu déprécié leurs portefeuilles d'actifs risqués. Elles préfèreront certainement nettoyer leurs comptes en 2008 pour repartir sur des bases saines plutôt que d'utiliser la souplesse des non dépréciations autorisées par Bruxelles. Après les expositions aux titres hypothécaires et aux financements des dettes LBO, les banques vont devoir faire face aux provisions à passer sur leurs clients en situation difficile ou en dépôt de bilan!

Un autre risque menace les marchés financiers : Les Etats et les Banques centrales commencent à prendre la place et les risques des banques commerciales. L'Allemagne vient de créer un fonds de sauvetage de 100 milliards d'euros pour les entreprises qui ne parviennent pas à se financer auprès des banques, l'Angleterre a engagé un plan de 23 milliards de livres sous forme de garanties de prêts à court terme pour les entreprises, aux Etats Unis la FED s'est mise à financer directement les entreprises en achetant des billets de trésorerie pour 300 milliards et en échangeant des titres illiquides contre des emprunts d'Etat à hauteur de 450 milliards… La France qui va financer le secteur automobile envisage même de permettre aux entreprises de ne plus verser leurs cotisations sociales, cette trésorerie étant facturée par l'Etat ou les organismes collecteurs! Même la BCE accepte maintenant en garantie des titres de moins bonne qualité ( BBB-) dont un trésorier avisé ne voudrait même pas pour ses placements!!!

On le voit, les Etats et les Banques centrales se mettent à faire un métier qui n'est pas le leur, avec tous les risques que cela comporte en termes de dégradation de leur propre situation financière. ainsi le bilan de la FED est passé de 995 milliards à 2260 milliards en deux mois, c'est à dire que sa "crédibilité" a été divisée par deux! puisque avec les mêmes rssources ou garanties (réserves) elle a fait deux fois plus de crédits et des crédits plus risqués.

Déjà en zone euro des pays en situation délicate pourraient avoir du mal à se financer ou à rembourser leur dette. Ce n'est pas le moment d'augmenter les impôts…Certains Etats sont menacés à court terme d'une dégradation de leur notation : La Grèce, L'Espagne , Le Portugal. 

Alors pour TOUS priorité au CASH, au désendettement , à la sécurité des placements. Prenez vos dispositions : l'OR prépare son retour!

 

RATIO de couverture des frais financiers : EBITDA / Résultat financier.

Bien entendu ce ratio n'a de signification que si le résultat financier est constitué essentiellement de frais financiers il est alors négatif. Pour le calcul, on prendra sa valeur absolue.

Ce ratio mesure la capacité de l'entreprise à payer la charge de sa dette (intérêts) avec la marge opérationnelle dégagée de son activité avant incidence des coûts des investissements ( Dotations aux amortissements). Lorsque cette couverture est trop faible, l'entreprise travaille "pour ses banquiers" et ne peut dégager de résultats suffisants pour alimenter ses fonds propres et réduire sa dépendance à l'endettement? C'est souvent un cercle vicieux qui conduit à la cessation de paiement : la dette augmente les intérêts aussi et l'endettement augmente encore jusqu'à devenir insupportable! C'est ce qui se passe aussi pour les Etats lorsque des déficits budgétaires répétés augmentent sans cesse la Dette publique. 

Ce ratio ne doit pas être inférieur à 4 c'est à dire que l'excédent brut d'exploitation ( donc les ventes moins les achats de biens et de services et les frais de personnels) couvre au moins 4 fois les intérêts de la dette. C'est un élément de suivi des clients et des fournisseurs : aucun crédit ne devant plus être accordé à un client qui dépasse ce ratio. 

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *