Bonne et heureuse année 2017.

A tous les lecteurs du blog « clairactu » je souhaite une bonne et heureuse année 2017. Que celle-ci vous soit profitable et avantageuse (vous procure des avantages) ,  contribue à accroître votre bonheur et vous garde en bonne santé.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Les pièges du crédit à la consommation.

Décidément mon banquier ne me connaît pas. Je viens encore de recevoir de sa part une offre de crédit renouvelable au taux hallucinant de 19,91% (TAEG revisable) hors assurance facultative.  Avec une première mensualité minimale de 37 euros pour un crédit de 1000 euros sur 36 mois, pouvant aller jusqu’à 60 mois et même avec la possibilité d’un différé de paiement de la première mensualité.  Le crédit renouvelable est présenté comme la formule miracle de financement des dépenses qui ne peuvent pas attendre ou imprévues et qui se reconstitue au fur et à mesure des remboursements effectués. Un véritable piège dans lequel vous ne devez pas tomber.

Continuer la lecture

Publié dans Vie personnelle | Laisser un commentaire

La dette financière d’ ALTICE est-elle trop lourde à porter?

Le groupe du cablo-opérateur ALTICE envisage d’introduire en bourse sa filiale américaine (6,9 milliards de CA). Avec une dette financière de près de 50 milliards d’euros (49,3) qui représente 5,7 fois son EBITDA (excédent brut d’exploitation ) annuel, le groupe est lourdement endetté, l’idéal se situant à 2,5 fois l’ EBITDA. Sa dette à 85% à taux fixe moyen de 6,2% l’an engendre ainsi plus de 3 milliards d’euros annuels d’intérêts soit 35% de son EBITDA : on est à la limite de la zone dangereuse située elle au dessus de 30%.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Entreprises | Laisser un commentaire

L’EUROGROUPE enfonce encore un peu plus la Grèce.

Au prétexte d’accorder à la Grèce un assouplissement (très léger) de sa dette, l’Eurogroupe (les Ministres des Finances de la zone euro) exige des contreparties qui plongent encore un peu plus la Grèce dans l’austérité.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Economie | Laisser un commentaire

Faut-il réduire la dépense publique?

Les programmes des candidats à la Primaire de la droite et du centre ont tous envisagé de réduire plus ou moins drastiquement la dépense publique et cela jusqu’à 100 milliards d’euros. S’il est juste de penser que le niveau des prélèvements obligatoires en FRANCE est excessif ( au delà de 44% du PIB) et qu’il serait judicieux de les réduire fortement, cela doit-il se faire par une baisse des dépenses publiques (1200 milliards d’euros soit plus de 55% du PIB) ou par une hausse significative du PIB (2200 milliards) à dépense publique maintenue constante en valeur.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Economie | Un commentaire

MR BRICOLAGE se recentre sur son cœur de métier.

Après VIVARTE qui va céder une centaine de magasins en FRANCE et plusieurs marques pour redresser sa rentabilité, c’est au tour de MR BRICOLAGE d’annoncer la cession de ses magasins intégrés (détenus en propre) et en conséquence le licenciement de près de 10% de son personnel. Cette restructuration vise à recentrer l’activité vers la gestion du réseau au détriment de la gestion de magasins.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Entreprises | Laisser un commentaire

Le mirage du plein emploi.

Tous les pays regardent aujourd’hui avec attention leur taux de chômage et ceux qui sont les plus bas sont regardés  aussi comme ayant réussi leur sortie de crise. Pourtant dans ces pays vertueux, le taux d’emploi s’est amélioré mais la pauvreté s’est accentuée, et les emplois ne sont bien souvent que des emplois à temps partiels, qui obligent les salariés à en occuper plusieurs. c’est la cas en Allemagne et aux Etats Unis. Alors , le plein emploi est-il l’objectif qu’il faut maintenir et donc tout faire pour inverser la courbe du chômage?

Continuer la lecture

Publié dans Economie, Vie personnelle | Laisser un commentaire

Les actionnaires sont-ils trop gourmands?

Il ne se passe pas de jours sans que dans les médias on vilipende les actionnaires en les accusant d’ en vouloir toujours plus et de pousser les entreprises à licencier, délocaliser, bloquer les salaires, exploiter leur personnel. Les actionnaires sont-ils les responsables de ces actions et le juste retour qu’ils attendent de leur investissement dans l’entreprise est-il exorbitant? N’est-ce pas plutôt une attaque facile pour éviter de se poser les bonnes questions et ne pas chercher à analyser les objectifs réels de ces décisions. Faut-il opposer pauvreté, dénuement, chômage, désindustrialisation à la voracité des actionnaires toujours en quête de gains plus élevés? C’est alors malheureusement là exonérer les responsables des politiques économiques et sociales de leur devoir de fournir aux citoyens un emploi, un logement décent, un revenu suffisant et un minimum d’épanouissement et de satisfaction dans leur vie quotidienne.

Les actionnaires sont-ils trop gourmands?

Tout d’abord il faut accepter la logique financière de l’entreprise, et celle de tout investissement réalisé par un individu, un ménage ou un actionnaire. Lorsque l’on décide d’investir et non de consommer, on le fait parce que l’on espère de cet investissement un retour dans le futur à la hauteur des attentes liées au choix de cet investissement. Quand on consomme on attend d’ailleurs aussi un retour (l’objet de cette consommation ) mais cette fois immédiat. Que l’on prête de l’argent ou que l’on investisse en capital, on attend ainsi en retour soit les intérêts du prêt soit les bénéfices de l’investissement en capital. Et la raison suggère que ce retour soit en phase avec les conditions économiques et de marché en vigueur au moment de l’investissement. Pour le prêteur ce seront les conditions des marchés financiers (le niveau du taux sans risque) et pour l’investisseur, cette rémunération minimale assortie d’une prime liée au fait que contrairement aux intérêts, la rémunération n’est pas garantie mais conditionnée par la réalisation d’un bénéfice par l’entreprise.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Economie | Laisser un commentaire

Monte Dei Paschi di Siena proche du bail in.

La plus ancienne banque au monde fondée en 1472 à Sienne menace le système bancaire italien et malgré un plan de restructuration drastique risque de mettre à contribution ses déposants. Le plan prévoit 2600 suppressions d’emploi , la fermeture de 500 agences ( une sur quatre) et la cession de 27,6 milliards d’euros de créances douteuses. Une augmentation de capital de 5 milliards d’euros complétera ce dispositif si le marché le permet… La banque a donc accordé à tour de bras des prêts sans grand discernement à des clients incapables de la rembourser. Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Marchés financiers | Laisser un commentaire

VIVARTE plombé par une dette de 1,5 milliards d’euros.

Le Conseil d’ administration de VIVARTE vient de démettre son PDG pour le remplacer par un redresseur d’entreprises au style musclé. Avait-on le choix? VIVARTE reste plombé par une dette de 1,5 milliards d’euros après un effacement de 2 milliards. Il faut rapprocher cette dette presque équivalente au chiffre d’affaires (2 milliards d’euros) de son résultat opérationnel l’ excédent brut d’exploitation ou EBITDA qui ne représente que 75 millions d’euros.

Continuer la lecture

Publié dans Actualité, Entreprises | Laisser un commentaire